Les méthodes pédagogiques à utiliser en entreprise

Mis en avant

Et si on faisait un petit tour du côté de la pédagogie ? Vous savez, ce savoir-faire (savoir-être aussi !) qui permet de mieux communiquer, de mieux transmettre les informations à nos interlocuteurs, et de faciliter l’apprentissage.

Pourquoi ce sujet ? Parce qu’il est dans une démarche de bienveillance envers autrui, que d’avoir l’intention d’une relation réussie, d’un travail d’équipe efficace. Chaque protagoniste doit retirer de la satisfaction dans le fait de communiquer, d’échanger, de travailler ensemble.

Pour que vous puissiez utiliser l’approche la plus adaptée, voici un résumé de quatre méthodes pédagogiques

  • La pédagogie rationnelle, basée sur les faits, les chiffres, dans laquelle l’importance des mots, de l’information est essentielle. L’analyse est privilégiée, la performance est valorisée. Elle s’adresse aux personnes qui privilégient le cerveau gauche et aux analyseurs.
  • La pédagogie visuelle et de découverte personnelle, basée sur les images, les schémas, l’analogie, l’imagination, la créativité correspond davantage aux personnes qui ont un mode cortical droit et une vision globale. Elle leur permet de trouver leurs propres solutions et de construire des concepts selon une démarche personnelle.
  • La pédagogie organisée, planifiée et procédurale est faite pour les personnes conservatrices qui ont besoin de contrôler leurs émotions et préfèrent donc leurs habitudes à la nouveauté. Elles sont rassurées par la méthode et les procédures qui donnent un ordre et de la cohérence aux actions. Ainsi, elles ne sont pas prises au dépourvu. Elles savent ce qu’elles ont à effectuer et à quel moment elles doivent le faire. Les évaluations et le suivi leur sont indispensables, car ces entretiens leur servent de repères sur la qualité de leur travail.
  • La pédagogie interpersonnelle orientée vers le sens correspond aux personnes qui aiment travailler en équipe, qui ont le sens du contact humain et qui ont besoin d’avoir un idéal et de l’enthousiasme pour progresser. L’approbation, le climat de confiance sont capitales.

Il faut un peu de tout pour se sentir bien dans son entreprise… un peu de technique… d’analyse… de philosophie… d’empathie… ;-) 

 

Comment favoriser un environnement positif

Mis en avant

Chacun est unique

Nous avons tous une façon différente de nous comporter, de nous motiver, de gérer nos émotions.

IMG_7534

Nous pouvons nous entraîner à voir chez les autres que ces différences sont des forces, et nous pouvons les prendre en compte, même si à priori, nous n’apprécions pas la personne.

Essayons de découvrir, d’explorer les facettes de chacun, de valoriser ce qui est constructif : de cette façon nous bâtirons, petit à petit, un environnement sain basé sur l’humain, car c’est la seule voie pour s’épanouir.

Lorsqu’on en vient à détester son travail

Mis en avant

En ces temps plutôt difficiles, il est malvenu de quitter son travail.

Pourtant, comme une relation amoureuse, quand on a tout essayé pour que cela marche et que, malgré tout, la vie professionnelle n’apporte que frustration et ressentiment, il faut savoir admettre que nous sommes dans une impasse, et partir.

IMG_7563

Mais pas sur un coup de tête, sous peine de le regretter.

Prenez votre temps pour mûrir votre décision et commencez à chercher un emploi ou à envisager une reconversion.

Une nouvelle vie ne s’improvise pas.

 

Favoriser la lecture des émotions

Mis en avant

Etre à l’écoute du retentissement

Les émotions sont le langage du retentissement.

Il m’appartient de me donner les moyens d’entendre ce que tel événement, telle relation éveille en moi. Rien ne m’émeut par hasard. La question est de savoir ce qui est touché ou réactivé en moi quand je m’énerve, quand je m’emporte sitôt que l’autre m’adresse un reproche ou émet une opinion que je ne partage pas.

Une bonne hygiène relationnelle impose d’être à l’écoute de ses ressentis pour être capable de « grandir » dans une relation, pour la rendre à la fois plus interpellante, plus efficace, plus fluide et plus créative. Quand chacun accepte d’écouter les émotions qui naissent en lui selon les situations rencontrées dans le travail, il peut accéder à l’écoute du retentissement.

IMG_7312-Wallpapers

C’est parfois au prix d’un travail individuel, d’une évolution personnelle qu’il sera possible de sortir des schémas d’opposition, de fuite ou de conflit.

Lorsque je peux entendre que j’ai ressenti comme une agression telle ou telle remarque, qui a réveillé en moi une vieille blessure, je deviens plus centré, plus cohérent, plus mature. La réaction la plus banale est en général de se défendre, de fuir ou d’attaquer, plutôt que d’exprimer son ressenti. De se fâcher, de se mettre en colère plutôt que d’entendre son émotion pour reconnaître ce qui a été atteint en soi.

« Quand je suis capable d’accompagner les émotions, chez les autres, pour leur permettre d’entendre ce qui a été réactivé, blessé ou meurtri en eux par un événement, une situation, une parole ou en geste, c’est que j’ai fait moi-même beaucoup de chemin en ce sens. »

Sachant que tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime, il est souhaitable de favoriser l’expression au-delà de l’émotion, ou du retentissement. Cette pratique permettra d’éviter quelques somatisations, du stress et de l’angoisse, en un mot de devenir, d’être plus énergétigène (ou générateur d’énergie).

Propos de Jacques Salomé

 

Quelques conseils de base pour entrer en relation avec l’autre, au travail

Mis en avant

Entrer en relation avec l’autre, c’est tenter de créer un lien de réciprocité fait de l’expression individuelle de chacun (incluant l’écoute de soi) et de l’autre.

C’est créer un passage (un conduit) susceptible de nous permettre de passer de l’impression à l’expression, et de l’expression à la communication (mise en commun).

Entrer en relation, c’est accepter de s’exprimer, d’aborder ou de se confronter à des réalités du domaine personnel. C’est pouvoir affirmer des convictions, des désirs, des attentes. C’est parler sur son propre vécu et entendre le vécu de son interlocuteur face  à son travail, à telle tâche, à telle action ou décision en cours.

IMG_7313-Wallpapers

« J’ai de désir de parler de ce qui me touche, de dire ce que je ressens, de mes joies et de mes peines. Je veux pouvoir parler de la façon dont j’exécute mon travail, des difficultés que je rencontre mais aussi des réussites ou du plaisir que j’éprouve. J’ai de désir d’être écouté, peut-être entendu, mais dans tous les cas respecté dans ce que je dis et dans ce que j’exprime ».

Entrer en relation avec les autres, c’est déjà accepter d’entrer en relation avec soi, de s’affirmer et surtout de se positionner en exprimant ce que l’on ressent.

Entrer en relation avec l’autre, c’est aussi avoir la capacité d’écouter l’autre dans ce qui le touche personnellement. C’est pouvoir l’entendre affirmer ses convictions, ses désirs, ses attentes, le laisser parler de la façon dont il se vit, de son ressenti en relation avec son travail et les personnes qu’il côtoie.

« J’ai le désir de t’écouter parler de choses qui te touchent, dans l’exercice de ton emploi ou de tes fonctions. Je n’ai pas peur de t’entendre exprimer tes joies et tes peines. Je peux t’écouter parler de la façon dont tu exécutes ton travail, des difficultés que tu rencontres mais aussi des réussites et du plaisir que tu éprouves.J’ai le désir de te montrer que tu es écouté, que tu peux aussi éventuellement être entendu, et dans tous les cas respecté dans ce que tu dis, dans ce que tu ressens et exprimes ».

Quand j’entre en relation avec l’autre, celui-ci doit pouvoir sentir qu’il peut entrer en relation avec lui-même face à moi sans danger, je lui offre la possibilité de s’affirmer, d’exprimer ce qu’il ressent et de confronter nos différences.

Pouvoir entrer en relation, c’est avoir la capacité de se réapproprier sa propre parole et laisser à l’autre la possibilité de prendre soin de la sienne, sans jugement de valeur, sans parler pour lui ni penser à sa place.

Jacques SALOME

 

Victoire et défaite

Mis en avant

« La victoire engendre la haine, la défaite engendre la souffrance.

L’homme sage ne recherche ni la victoire, ni la défaite. »

Bouddha

en-haute-savoie.Didier HEROUX

Lorsque vous êtes dans le schéma de VOULOIR gagner, vous investissez une énergie de lutte, une intention bien souvent de dominer, et c’est cette domination qui est ressentie par celui qui, comme vous, veut aussi gagner. Il est donc déçu et souffre s’il perd ; il se sent inférieur, vaincu, écrasé.

Lorsque vous ne cherchez ni la victoire, ni la défaite (de l’autre ;-) évidemment), c’est que vous AGISSEZ en fonction d’un axe BIENVEILLANT, CONSTRUCTIF, sur le plan individuel et collectif. Votre action n’est plus reliée à un positionnement de votre ego, mais à la satisfaction d’avoir fait quelque chose qui a permis à tous d’avancer.

Peu importe si une mission se trouve réalisée par quelqu’un d’autre que vous… voyez plutôt la progression commune. Chacun à son niveau, apporte sa contribution.

Photo Didier Heroux

Si vous êtes plutôt hérisson…

Mis en avant

Revenons sur quelques attitudes principales qui peuvent générer de la violence dans un conflit : l’attaque, la fuite et la manipulation.

Voyons-les d’un peu plus près avec cette petite comptine :-)

Ni hérisson, ni paillasson, ni polisson, mais à l’unisson.

Lorsque vous êtes hérisson : vous êtes sur la défensive, prêts à brandir vos aiguilles, à griffer, mordre, ggrrr….. Vous n’êtes pas calme, vous êtes dans une énergie agressive, et dans l’impulsivité parce que vous n’avez pas pris de recul.

herisson-23

Lorsque vous êtes paillasson : vous acceptez facilement l’emprise que certains peuvent exercer sur vous, vous subissez la domination, pour ne pas faire de vague, faire plaisir aux autres, ou pour vous faire aimer d’eux. Vous ne faites pas attention à vos émotions, et restez passif face au conflit.

Lorsque vous êtes polisson : vous êtes dans la manipulation, vous ne tenez pas compte des intérêts des autres. Dans un premier temps, vous pouvez obtenir ce que vous désirez, mais votre attitude va finir par susciter chez l’autre de la rébellion, voire de l’agressivité, et au final, cela n’aura pour effet que d’envenimer les choses.

Lorsque vous êtes à l’unisson : vous savez garder une relation constructive dans le conflit, et vous avez la capacité à exposer la situation de façon objective. Sans vous énerver, vous exprimez votre ressenti, et vous savez rester en contact avec l’autre en le questionnant, pour tenter de comprendre, et connaître ses points de vue. Votre esprit coopératif valorise le fait qu’il est important de trouver une solution commune.

Vivre et travailler plus heureux passe toujours par un peu d’analyse de soi-même… ;-)