Les styles de management, ce qu’ils génèrent

Mis en avant

Un management agressif génère des comportements rebelles, de riposte, de revanche et d’agressivité, ou de passivité et d’évitement. 

Un management paternaliste génère des comportements infantiles et irresponsables.

Un management passif et laxiste génère le chaos.

Un management manipulateur génère la méfiance, la rébellion et l’agressivité, ou l’inertie et l’évitement.

Un management solaire, participatif ou délégant, invite au respect, à la responsabilité, à la confiance, à la valorisation et à la motivation, et conduit à une relation de gagnant-gagnant.

Photo Pixabay

 

Si vous êtes plutôt hérisson…

Mis en avant

Revenons sur quelques attitudes principales qui peuvent générer de la violence dans un conflit : l’attaque, la fuite et la manipulation.

Voyons-les d’un peu plus près avec cette petite comptine :-)

Ni hérisson, ni paillasson, ni polisson, mais à l’unisson.

Lorsque vous êtes hérisson : vous êtes sur la défensive, prêts à brandir vos aiguilles, à griffer, mordre, ggrrr….. Vous n’êtes pas calme, vous êtes dans une énergie agressive, et dans l’impulsivité parce que vous n’avez pas pris de recul.

Lorsque vous êtes paillasson : vous acceptez facilement l’emprise que certains peuvent exercer sur vous, vous subissez la domination, pour ne pas faire de vague, faire plaisir aux autres, ou pour vous faire aimer d’eux. Vous ne faites pas attention à vos émotions, et restez passif face au conflit.

Lorsque vous êtes polisson : vous êtes dans la manipulation, vous ne tenez pas compte des intérêts des autres. Dans un premier temps, vous pouvez obtenir ce que vous désirez, mais votre attitude va finir par susciter chez l’autre de la rébellion, voire de l’agressivité, et au final, cela n’aura pour effet que d’envenimer les choses.

Lorsque vous êtes à l’unisson : vous savez garder une relation constructive dans le conflit, et vous avez la capacité à exposer la situation de façon objective. Sans vous énerver, vous exprimez votre ressenti, et vous savez rester en contact avec l’autre en le questionnant, pour tenter de comprendre, et connaître ses points de vue. Votre esprit coopératif valorise le fait qu’il est important de trouver une solution commune.

Vivre et travailler plus heureux passe toujours par un peu d’analyse de soi-même… ;-)

Photo pixabay

La résolution de conflit ne mène pas toujours où l’on veut…

Mis en avant

Régler un conflit, un désaccord entre deux personnes, n’est pas chose facile ; communication opaque, indirecte, agressive – attitudes déstabilisantes, jugements, entêtements, esprits hermétiques… Chacun croit avoir raison et compte bien “gagner” !

Lors de mes ateliers, je vous renseigne sur les types de conflits, leurs stades, et vous permet d’identifier les mécanismes des jeux relationnels.

Et bien au-delà, nous abordons ensemble les critères indispensables à une résolution pacifique du désaccord, qui nécessitent un cheminement personnel, donc une remise en question de part et d’autre.

Mais… même s’il y a ces remises en question qui favorisent l’ouverture d’esprit pour aborder autrement la relation, cela n’empêche pas de savoir se protéger de la toxicité éventuelle de l’autre protagoniste.

Certains me disent : “Je ne vais quand même pas accepter ça !” …Oui, les pratiques inacceptables sont les attaques personnelles et la manipulation.

Et dans ces cas, il faut avant tout savoir se défendre.

Photo de MikesPhotos – pixabay

Quand ?

  • Quand on vous humilie publiquement et que vous n’avez pas la possibilité de répondre,
  • Quand on se moque de vous, quand on tourne en dérision tout ce que vous faites,
  • Quand on ne vous laisse pas la possibilité de vous exprimer,
  • Quand on ne vous écoute pas,
  • Quand on vous fait des reproches sans les relier à des faits précis.

Quelques pistes à explorer pour régler le problème :

  • Ne vous posez pas en coupable,
  • Ne cherchez pas à tout prix à vous faire aimer,
  • Ne retournez pas contre vous la colère que vous ressentez,
  • Proscrivez la violence physique,
  • Dites clairement à la personne ce que vous pensez de son attitude,
  • Interrogez l’autre calmement pour le pousser à reconnaître à quel point son attitude est critiquable,
  • Mettez-vous en colère,
  • Dans les cas les plus graves, interrompez la relation et dites pourquoi vous faites ce choix.

Si différentes approches ont été essayées sans résultat positif, et que la communication se révèle définitivement bloquée, la fin de la relation est un ultime recours.

Voyons les six manières dont le conflit peut évoluer :

  • Il se termine bien, dans l’équité et la satisfaction mutuelle des protagonistes,
  • L’un des protagonistes se rallie, en toute connaissance de cause aux décisions de l’autre,
  • On impose une contrainte extérieure pour aboutir,
  • Le conflit persiste, sans s’aggraver,
  • Le conflit redouble et produit une évolution négative,
  • La relation est interrompue.

Photo de Free-Photos – pixabay

Notre disposition personnelle à l’écoute et au dialogue détermine de manière indiscutable notre capacité à négocier des solutions bénéfiques pour chacun. Mais les choses ne sont pas toujours aussi idylliques, et il est souhaitable d’avoir une vision large des possibilités d’issues pour ne pas continuer à forcer dans une voie qui ne serait profitable pour personne.

Je suis à votre écoute si vous avez besoin de conseils sur la gestion de conflits, de personnalités difficiles, ou si vous ressentez la nécessité de faire un point sur les attitudes et techniques de résolution pacifique de conflit que vous pourriez mettre en pratique.