Et si l’on considérait la colère autrement

Mis en avant

L’univers des émotions n’est pas de tout repos.

Que nous soyons transportés par de délicieuses émotions, … comme celles procurées par l’état amoureux… :-) ou chamboulés par la tristesse, ou bien encore électrisés par la colère, il faut avoir le cœur bien accroché ! Le cœur, oui, parce que les émotions telles que la colère ou le stress par exemple, ont de répercussions immédiates sur notre métabolisme ; transpiration, rougeurs, accélération cardiaque, etc.

Nous sommes tous confrontés, à un moment ou à un autre, à des situations désagréables qui peuvent provoquer en nous des émotions négatives et plus particulièrement de la colère. Nous vivons tous cette émotion, plus ou moins régulièrement, avec une intensité variable.

IMG_7477

D’un point de vue psychologique, la colère provient d’une frustration. Mais voyons ce que le Dalaï Lama nous dit :

« J’ai appris que les perspectives de compassion, de calme et de compréhension instantanée sont essentielles à la vie quotidienne, et doivent être cultivées chaque jour.

Des problèmes surviendront toujours, alors il est essentiel de cultiver l’attitude adéquate.

Coffre aux images-11290425cbe1d7

La colère diminue notre capacité à distinguer le bien du mal. Ce pouvoir de la réduire est l’une des qualités les plus élevées. S’il est perdu, nous sommes perdus.

Il est quelquefois nécessaire de répliquer avec force, mais on peut s’exprimer sans colère. La colère n’est pas nécessaire. Elle n’a aucune valeur. »

Traiter le « négatif » lors de conduite de changement

Mis en avant

Lorsque vous devez faire évoluer votre organisation, votre groupe, vous pouvez faire le choix de vous appuyer sur les ressources et les souhaits de vos collaborateurs, de manière à développer le caractère positif et constructif des changements que vous voulez réaliser.

Haut Palmier

Bien sûr, ce qui ne fonctionne pas ne doit pas être nié, et vous accueillerez le constat des dysfonctionnements. Toutefois, nous ne traiterez pas vos projets sous l’angle du déficit.

Vous chercherez à ce que s’exprime les idées qui font avancer, qui amènent à libérer la créativité, les volontés, les « possibles », à valoriser, à soutenir. « Si nous imaginons ce changement réussi, d’après vous, quelles sont les ressources actuelles qui pourraient nous y mener ? quelles sont celles que l’on pourrait développer ? »

Quelles attitudes adopter, lors de réunion de travail, lorsque des personnes veulent exprimer des critiques, des regrets ?

– Vous pouvez reformuler pour prendre acte de la remarque et proposer d’en faire part à une instance adaptée dans l’entreprise, ou bien à un interlocuteur adapté.

Accueillez le propos puis recentrez précisément le sujet de la réunion, et l’importance de la méthode : que chacun adopte un angle de vision en se centrant sur les acquis, les réussites, les énergies positives de l’entreprise.

Recadrez : faites exprimer à vos interlocuteurs ce qu’ils attendent, de manière à mettre en évidence la face positive de la difficulté ou de la plainte. Vous transformerez alors l’attente en souhaits pour l’avenir.

En soulignant ce qui est efficace aujourd’hui, et en le dupliquant, vous adoptez une approche centrée sur les solutions pour atteindre un état de réussite (plutôt que des solutions pour supprimer des problèmes).

C’est au dirigeant, aux managers, mais aussi à tous les acteurs de l’entreprise, quels qu’ils soient, d’orienter sa vision, sa réflexion et son action sur :

les causes du succès.

Si vous avez des personnalités dites « difficiles » dans votre entreprise, pensez à l’accompagnement personnalisé pour réorienter ces personnes vers une flexibilité de comportement.

Développer l’influence positive dans votre entreprise : http://viveztravaillezplusheureux.com/relations-interprofessionnelles/