Ce qui peut être fait, pour tenter d’aller bien

Mis en avant

Ou ce qu’on peut tenter de faire, pour être bien…

Je trouve une multitude de pépites dans le livre de Christophe André : « Et n’oublie pas d’être heureux », aux Editions Odile Jacob. Parcourir cet abécédaire de psychologie positive me relaxe lorsque le soir je suis trop fatiguée pour entamer une longue lecture…

Cours d'eau

Avec vous je partage la note rédigée à « Seuil du bonheur » :

« C’est lors d’une discussion avec un ami sceptique, exigeant et rigoureux, qui traverse une période de petite déprime existentielle et me demande comment je pratique moi-même mes exercices de psychologie positive : « Qu’est-ce que tu fais tous les jours, ou presque tous les jours, pour tenter d’aller bien ? » Je lui explique que parmi les choses quasi quotidiennes que je pratique, il y a entre autres la méditation le matin, la marche dans le bois près de chez moi dès que je le peux, et tous les soirs m’endormir en songeant à trois bons moments de la journée.

« Trois par jour, s’écrit-il, ça me semble énorme ! C’est quoi, un bon moment pour toi ? » Je lui raconte alors les prises toutes fraîches de ma pêche aux bonheurs : j’ai observé une sitelle (petit oiseau des bois) dans mon jardin ; j’ai reçu une belle lettre de remerciements d’un lecteur ; je me suis dit qu’une personne de ma famille, qui va souvent mal, allait bien en ce moment ; j’ai regardé plusieurs fois les nuages passer dans le ciel ; je n’ai eu aucune mauvaise nouvelle qui m’aurait attristé ou inquiété.

« Ah d’accord ! Je vois : tu mets le seuil très bas ! Du coup, effectivement, tes journées ordinaires sont des journées heureuses. » Ben oui, camarade. Pas besoin de gagner au Loto ou d’acheter des nouvelles chaussures ou d’être sauvé de la mort. La vie ordinaire, le plus souvent, nous donne des tas d’occasions de nous réjouir. Le seul effort à faire est un effort d’attention : à détourner, au moins un moment, de nos soucis. Et à diriger, au moins un moment, vers tout le reste de la vie. »

Jacques Brosse, ce qui l’a comblé…

Mis en avant

Né en 1922, mort en 2008, Jacques Brosse était philosophe, naturaliste, encyclopédiste et maître en méditation zen. Il a écrit une quarantaine d’ouvrages, dont le dernier en 2007, « Pourquoi naissons-nous ? et autres questions impertinentes », paru chez Albin Michel.

Lors d’une interview, à l’âge de 85 ans, il nous avait confié

ce qui l’avait comblé durant sa vie…

« Ma vie est assez réussie. J’ai fait ce que je voulais faire et j’ai vu à peu près tout ce que je voulais voir sur terre. J’ai beaucoup voyagé. Connaître ma femme a été un événement majeur. J’avais 17 ans. Nous sommes toujours ensemble. Nous avons une entente sur beaucoup de choses. Jeune, je n’avais pas conscience du bonheur, je m’en suis rendu compte après. Le bonheur est pour moi toujours rétrospectif.

Je l’ai véritablement découvert la première fois, à 17 ans, pendant mon séjour à Périgueux, en tant que pensionnaire. Je me suis trouvé libéré de mon père qui était un homme très sévère et très austère. Je faisais ma philo, ça m’intéressait. J’étais le surdoué, le futur grand poète. Tout le monde pensait que Jacques Brosse allait passer à l’immortalité. J’étais vraiment très gâté.

La méditation m’a conduit à peindre des mandalas. Parfois, j’ai des périodes sombres, mais mes peintures sont toujours gaies, comme si je retrouvais au fond de moi la source de la joie. C’est l’expression d’un état d’harmonie : cela mène à un soi magnifié.

Pour être heureux, il faut le vouloir et trouver le moyen de l’être. J’ai toujours vécu à la campagne, c’est indispensable à mon bien-être. La nature donne sans compter des possibilités de se réjouir. Je travaille la terre et là, il y a le plaisir de voir les choses pousser, les arbres que l’on a plantés se mettre à fleurir… L’arrivée des hirondelles, c’est un délice ! J’ai des dialogues passionnés avec les bêtes. Ces moments-là, ce sont des instants d’éternité. La nature est une source de contentement, si on y fait attention : une rencontre avec un oiseau, une fleur, un insecte, ça suffit. Il faut juste prendre son temps et utiliser ses sens pour découvrir son bonheur du jour. »

 

Etre en lien avec les autres nous rend heureux

Mis en avant

Les recherches actuelles sur notre capacité à développer et entretenir notre sentiment de bonheur, démontrent que nous sommes plus heureux avec des amis, que nous soyons introvertis ou extravertis.

Il nous faut avoir des relations positives avec les autres : amis, famille, voisins, collègues (ou simplement être en compagnie des autres) pour nous sentir plus épanouis.

Entretenir des relations fortes avec autrui nous rend réceptifs à la joie, et renforce notre immunité ! Une étude portant sur des femmes atteintes d’un cancer a conclu que celles qui n’avaient pas d’ami proche avaient beaucoup plus de difficultés à guérir que celles qui avaient plus de dix amis. Face à l’épreuve, se sentir entouré, même à distance, protège.

Etre en relation avec les autres prolonge davantage notre durée de vie et éloigne les risques de dépression. On ne souffre plus de solitude lorsqu’on a quelqu’un avec qui l’on peut échanger des confidences. On « se dit », on « se raconte », mais aussi on écoute, on accueille l’autre, dans la confiance, la générosité, et ce n’est pas le simple fait de parler de soi, de ce que l’on vit qui nous rend heureux, c’est surtout le fait de soutenir l’autre qui véritablement participe à notre bonheur.

La famille et les amis ne jouent pas le même rôle dans notre vie ; la famille nous apporte la protection affective et l’amitié nous pousse vers la nouveauté.

Un ami prend le temps d’écouter qui vous êtes, ce qui vous fait vibrer, ce que vous désirez et son langage va solliciter de nouvelles interrogations, va vous orienter à vous découvrir autrement, à oser entreprendre, etc.

Selon les chercheurs, on serait plus heureux si l’on avait au minimum 5 amis avec lesquels on peut échanger sur des sujets importants.

Autour de vous, avec vos amis ou des collègues, même un peu éloignés, soyez généreux de sourires, d’écoute attentive, de regards bienveillants, vous participerez ainsi au bonheur de tous, et beaucoup de choses au quotidien seront plus faciles à vivre.

Alors vive les moments de discussion, le regard attentif, l’écoute, le dialogue, la confiance, le partage d’émotions, le rire, la détente, la présence, le soutien, la complicité, le réconfort, l’entente.

Merci à tout ceux qui m’entourent, ma famille, mes ami(es), mes voisins, mes collaborateurs…

Merci pour tout ce que vous me donnez par votre qualité d’être, j’espère vous donner au moins autant en retour.. je fais de mon mieux.. : ))

 

 

<a href= »http://www.photo-libre.fr »>Photos Libres</a>

Copyright © Photo-libre.fr

Donner du sens à sa Vie

Mis en avant

Voici un extrait du livre « L’Art du Bonheur » du Dalaï-Lama et d’Howard Cutler, aux Editions Robert Laffont, que j’ai envie de partager avec vous.

C’est le Dalaï-Lama qui s’exprime à travers ce « je » :

« Parfois, quand je retrouve de vieux amis, cela me rappelle à quel point le temps passe vite. Et cela me pousse à m’interroger : avons-nous convenablement employé le temps qui nous était imparti ? C’est si important. Nous avons à notre disposition un corps et, surtout, un cerveau étonnant. Dès lors, j’estime que chaque minute est précieuse. Et même si le futur n’offre aucune garantie, notre existence quotidienne est pleine d’espoir. Nous n’avons aucune assurance d’être encore là demain. Et cependant c’est sur la base de l’espoir que nous construisons notre avenir. C’est pour cela qu’il faut employer son temps au mieux. Autrement dit, si vous le pouvez, rendez service aux autres, aux autres êtres sensibles. Sinon, abstenez-vous au moins de leur faire du mal. Je crois que c’est là toute la base de ma philosophie.

Réfléchissons donc à ce qui possède vraiment une valeur, à ce qui donne un sens à notre vie, et ordonnons nos priorités en conséquence. Le but de la vie doit être positif. Nous ne sommes pas nés dans le but de compliquer les choses, de nuire aux autres. Pour que la vie ait une valeur, il faut consolider les qualités fondamentales de l’humanité : la chaleur humaine, la bonté, la compassion.

Alors notre vie revêt un sens et devient plus paisible, plus heureuse. »

IMG_2439