Comment permettre aux autres et à soi-même de progresser

Mis en avant

Les gens qui croient avoir de bonnes chances de changer changent effectivement.

Les gens dont les éducateurs,  soignants, etc. croient qu’ils ont de bonnes chances de changer, changent aussi.

Et ceux à qui l’on dit qu’on ne s’attend pas pour eux à une amélioration, bien sûr ne s’améliorent pas.

Si vous avez en vous assez d’enthousiasme, de force, d’espoir pour croire que vous allez changer sur telle ou telle chose, alors continuez sur votre élan, continuez de vous alimenter de cette énergie volontaire. Vous arriverez forcément à un résultat positif. Et vous serez fier de vous !

Si vous recevez de l’encouragement d’une personne qui croit en vous, laissez-vous porter par l’énergie que cela vous apporte ! Suivez alors l’enthousiasme qui s’est créé, accrochez-vous à ces mots ou ces raisonnements que vous avez entendus parce qu’ils sont porteurs d’une vérité, de possibles. Gardez confiance, et avancez.

Enfin, si vous faites partie des personnes qui n’octroient que peu d’espoir aux autres, peu de chances de réussites, qui n’envisagent pas de possibilités de changement parce que votre jugement est soi-disant logique, rationnel, « normal » vues les circonstances…. Si vous ne laissez aucune place à la lumière, aucune porte entre-ouverte, vous installez l’autre dans un carcan en le déterminant dans son futur. En le privant d’un possible futur transformateur.

Nous pouvons laisser un espace à l’autre où « l’imprévisible » (ce que nous pouvons prévoir !) peut naître. Cela ne nous empêche pas de garder notre discernement sur l’instant présent, sur les comportements, les faits, qui continuent d’exister. Mais, quelque part, en nous, nous laissons une chance à l’autre, et cela peut même être secrètement. « Je vois ce qui se passe en ce moment, mais je reste attentif(ve) à ce qui pourrait se passer de différent, et qui t’amènerait à une transformation positive. »

De cette manière, inconsciemment, l’autre le ressent, et se trouve aidé à pouvoir percevoir des évolutions possibles. Peut-être ne changera-t-il(elle) pas, peu importe. Notre attitude aura été facilitatrice pour lui(elle). C’est ce qui compte : permettre à la personne de changer si elle est prête.

En quelque sorte, notre esprit reste ouvert

pour que l’autre ait la possibilité d’ouverture aussi.

Il ne s’agit pas de ne plus être objectif, et de penser que tout est possible, de ne plus tenir compte de ce qui se passe, non… il s’agit d’adopter une attitude, ne serait-ce qu’intérieure, qui reste réceptive à une évolution positive.

Essayez de limiter vos doutes, vos certitudes,  pour qu’ils ne figent pas les personnes. Et soyez certains que vous recevez ce que vous donnez :

si vous restez campé sur vos certitudes (qui concernent l’autre),

vous renforcer la rigidité de votre esprit

et finalement vous vous privez de souplesse…

une souplesse qui sert à votre propre évolution personnelle !

La boucle est bouclée…

Transmettez de l’espoir aux autres, donnez-leur la force de croire en un futur meilleur, vous décuplerez ainsi leurs forces pour progresser.

 

Ré-animer notre énergie

Mis en avant

Prendre le temps

Prendre le temps pour faire quelque chose qu’on aime, qui nous satisfait,

déconnecte notre mental de l’agitation habituelle,

nous centre sur de l’intérêt, de l’enthousiasme, de la joie.

Une énergie légère, vivante, positive prend place dans tout notre Etre.

 

Persévérance

Mis en avant

 

Horizon

Même si parfois notre objectif devient moins clair, notre volonté de l’atteindre moins tenace,

nous pouvons nous concentrer sur l’instant présent pour y mettre toute notre énergie.

Après quelques temps, l’enthousiasme et la vision reviendront alors.

 

Avez-vous identifié votre idéal ?

Mis en avant

Certains parlent d’objectifs à définir dans la vie… d’autres décrivent tout l’intérêt à savoir ce que l’on veut, à définir aussi précisément ce que l’on ne veut pas pour réussir à concrétiser nos volontés et nos rêves… et Paulo Coelho nous renvoie à notre légende personnelle

D’une certaine manière, vous devez être un idéaliste pratique si vous pensez demeurer longtemps un véritable idéaliste. Il vous faut faire de petits pas concrets, même si votre préférence vous porte souvent à vous engager à pas de géant.

Mais il est crucial que vous vous dirigiez dans le sens de votre idéal à travers l’action. Autrement, vous courez vers un désenchantement ou une sensation d’impuissance ou encore vous croirez que seules des méthodes radicales et fort peu idéalistes pourront vous permettre d’atteindre l’état ou la situation que vous convoitez.

La vie, à tous les niveaux, est mue par cette recherche d’un idéal, qu’il soit biologique ou mental.

C’est cette poussée naturelle qui donne à la vie toute sa saveur, son orientation exaltante.

En développant vos propres aptitudes quelles qu’elles soient, en explorant et en élargissant l’expérience de votre être, cela donne un but, un sens à la vie et vous incite à la créativité ; ce geste ajoute également à la connaissance et favorise le développement de la société.

Méditer ou imaginer l’accomplissement d’un quelconque but n’est pas suffisant, il faut également ne pas avoir peur d’agir en fonction des impulsions que vos méditations et votre imagination engendrent.

Lorsque vous progressez vers votre idéal, vous ressentez fortement de l’enthousiasme dans votre vie.

IMG_2919

 

Comment commencer sa journée avec une bonne dose de vitalité ?

Mis en avant

J’entends le radio-réveil. Déjà ?!

J’ouvre les yeux, me bouge un peu.

Referme les yeux. Me recale sous la couette.

Bon, et là… commence un flot incessant de pensées !

=> Les impératifs à faire AB-SO-LU-MENT dans la journée, avec des sentiments de lourdeur ou d’anxiété qui peuvent les accompagner (pour les impératifs pas sympas…) ou ceux qui communiquent des sentiments de joie et d’enthousiasme (ça, c’est pour les impératifs qu’on attendait avec impatience : )

=> Les trucs innombrables (dont on aimerait faire la liste, là sur le champ !) qu’on a à faire et qui vont jalonner notre journée. Des p’tits trucs, des trucs complémentaires, des trucs qui viennent s’insérer parmi d’autres trucs… Trucs galères et trucs cools.

Et de ces rajouts, il faut tout de suite en stopper l’énumération, parce qu’on va se sentir submergés, et leur nombre croissant va rendre irréalisable leur réalisation (d’où l’importance de savoir mettre les priorités).

Les « il faut que… », les « j’aimerais bien aujourd’hui… », les « ça serait bien que je fasse… », les « il faut absolument que je trouve le temps pour… » Ouh la la… faut se lever.

Si vous avez passé une bonne nuit, vous avez récupéré votre énergie, vous êtes reposés, c’est plutôt bien parti. Mais si votre sommeil n’a pas été serein ou pas suffisant, vous ne vous sentez pas vraiment d’attaque, et il semblerait que s’il y avait une jauge dans votre réservoir de vitalité, elle indiquerait son curseur sur le rouge ! Elle déclencherait l’alarme ! Et le message délivré pourrait être : « Faites demi-tour dès que possible… n’affrontez pas cette journée au risque d’une usure accentuée de vos nerfs… d’une tête de zombie assurée pour ce soir… et que soient dites quelques formules verbales libératrices, soit, mais hostiles pour votre entourage… »

Bon, c’est bien gentil, mais y a pas le choix, la jauge elle va se taire, et moi je vais bosser.

ET C’EST DANS LE QUART D’HEURE QUI SUIT QUE TOUT SE JOUE !!!    : )))

Photo-libre-Rz_59a

Et ceci est d’une importance d’autant plus cruciale que les perspectives de la journée sont peu emballantes, voire carrément stressantes, et que par dessus le marché votre nuit a été abominable.

Alors je vous dis : de l’air !

Oui ! allez zoup de l’air ! Ouvrez une fenêtre, ou entrouvrez s’il pleut, et respirez !

En même temps, ouvrez votre cage thoracique et ressentez la fraîcheur ou la douceur de l’air, l’humidité ou le froid piquant, que ces quelques secondes envahissent pleinement votre esprit,

centrez-vous uniquement sur cet air rempli de Vie ! pensez à expirer… bien sûr… ; -)

Saisissez aussi des petites opportunités d’accompagnement, c’est-à-dire :

– vous pouvez capter un coin de ciel bleu ? regardez-le avec intensité

– vous entendez des cloches au loin ? un coq ? des voitures ? les voisins ?

– vous pouvez ouvrir directement sur votre jardin ? et zoomer sur quelques feuilles, fleurs ? sur votre balcon, terrasse ?

Lorsque vous respirez, faites venir à vous de bonnes sensations, revoyez-vous dans un endroit que vous aimez tout particulièrement, ou projetez-vous dans une situation que vous avez programmée, comme par exemple vos futures vacances. Quelques secondes suffisent pour que le bien-être arrive.

Prendre rapidement contact avec l’extérieur amène votre esprit à s’ouvrir au monde, votre esprit s’apprête à accueillir les personnes et les événements de votre journée.

En plus des bénéfices physique, physiologique de la respiration qui vont apaiser votre rythme cardiaque et faire circuler l’oxygène dans votre organisme, donc la vitalité, mentalement, vous vous rechargez.

Ceci ne prend que 2 ou 3 minutes, moins de temps qu’il n’en faut pour lire cet article !

Et vous verrez la différence…! : ))

Testez, et dites-moi le message de votre jauge………

 

<a href= »http://www.photo-libre.fr »>Photos Libres</a>

Copyright © Photo-libre.fr