Progressez avec aisance

Mis en avant

Faites de votre mieux, en toutes circonstances.

Sans forcer.

Sans vous contraindre à être ce que vous n’êtes pas.

Photo de pixel2013 – Pixabay

Si vous êtes vous-même, en donnant le meilleur,

vous vivrez avec plaisir des progressions personnelles.

Naturellement.

Etes-vous verre d’eau ou lac ?

Mis en avant

Un esprit ouvert, vaste, te facilitera la vie.

Une cuillerée de sel dans un verre d’eau rendra l’eau imbuvable,

mais une cuillerée de sel dans un lac se remarquera à peine.

Bouddha

 

L’esprit étroit ressent plus d’hostilités, parce qu’il a exercé son regard sur ce qui ne va pas, et en reçoit tout l’impact négatif.

Cet esprit peut être comparé à une petite pièce (ou ici un verre), et l’on imagine qu’un peu de désordre dans cet endroit restreint se verra tout de suite, et apportera gêne et inconfort.

Quand l’esprit devient une grande et large pièce (ici le lac), le désordre se voit à peine, et ne gêne pas.

Photo pixabay

Décelez les niveaux de stress

Mis en avant

La peur de déléguer, le doute et la confusion concernant la prise de décision, le manque d’écoute, la sensibilité aux critiques, l’énervement spontané, la difficulté de se faire des amis, l’incapacité à prendre du temps pour ses loisirs, etc… sont des types de comportements qui vous renseignent sur le niveau de stress ressenti. Porter un regard sur ses propres réactions permet de mieux de gérer son stress.

Photo de composita – pixabay

Le stress optimal

Le stress optimal est la bonne dose de stress biologiquement nécessaire pour fonctionner harmonieusement avec votre personnalité et vos possibilités d’adaptation. Ce niveau n’est donc pas le même pour tous. Chacun a sa propre dose de stress optimal. L’idéal est de connaître la vôtre afin de ne pas dépasser votre seuil de tolérance. Chacun a en effet un capital énergétique limité. Vous devez donc utiliser au mieux cette énergie pour vivre avec votre stress optimal sans avoir besoin de puiser dans vos réserves. Pour y parvenir, un seul remède :  être en harmonie avec vous-même. Et votre stress se transforme alors en énergie positive et efficace.

Le sous-stress

En revanche, votre niveau de stress peut se situer en dessous du seuil du stress optimal, on parle alors de sous-stress. Cette attitude peut se développer lorsque vous avez à réaliser un travail trop facile par rapport à vos compétences. Manque de challenge, perte de motivation, ennui, perte de moral, apathie… sont autant de signes du sous-stress. Votre organisme est sous-stimulé, peu sollicité physiquement, psychologiquement et biologiquement. Cette mise au repos se traduit ainsi par de la fatigue. L’inactivité exagérée peut en effet être nocive si elle ne correspond pas à votre rythme de vie.

Le sur-stress

Au contraire, lorsque votre niveau de stress est supérieur au niveau optimal, on parle de sur-stress. Votre organisme est surstimulé, surmené, trop sollicité. Ce qui se traduit par une sécrétion importante d’hormones d’adaptation (adrénaline et cortisol), qui, à leur tour, sont responsables de troubles organiques. Les symptômes apparents sont la perte de mémoire, la fatigue, la colère, les rapports personnels tendus, le manque de confiance en soi, l’indécision, la perte d’objectivité, les erreurs, les étourderies…

Quand vous travaillez à un niveau de stress optimal, vous bénéficiez :

– d’un jugement plus fiable,

– d’une plus grande clarté de perception,

– d’une plus grande flexibilité,

– d’une aptitude à garder son sang froid.

Ayez toujours à l’esprit que vos collaborateurs ont besoin que vous compreniez leur niveau de stress.

Si vous allez dans ce sens, vous donnerez plus de facilité à l’exécution de vos missions,

et bénéficierez d’une meilleure ambiance. :))