Des pensées longues pour notre équilibre

Mis en avant

« Nous sommes submergés par de plus en plus d’attractions externes et de distractions. Activités creuses de remplissage mental et comportemental.

Or, comme il faut des silences pour que la parole se fasse entendre, il faut de l’espace mental pour que la conscience et l’intériorité émergent.

Le disque dur de notre conscience est encombré de trop de choses inutiles.

Car la conscience, c’est de l’intériorité.

IMG_9623

Plus nous courrons après de l’externe, moins il y a de conscience. Ces vols d’attention et de conscience aboutissent donc à des déficits d’intériorité. Ils entraînent aussi un raccourcissement de nos pensées.

Comme le dit Tiziano Terzani : « Aujourd’hui, nous sommes énormément sollicités, si bien que notre mental n’est jamais en paix. Le bruit de la télévision, le son de la radio dans la voiture, le téléphone qui sonne, le panneau publicitaire sur l’autobus qui passe juste devant. On n’arrive pas à avoir de pensées longues. Nos pensées sont courtes.

Nos pensées sont courtes parce que nous sommes très souvent interrompus. »

Nos pensées sont courtes et pas toujours tournées vers le dedans, mais comme enfermées dehors par le tumulte et le chatoiement de ce monde factice. Elles sont en dehors de nous ; elles finissent par ne plus être nos propres pensées, mais juste des contenus mentaux stéréotypés venus de l’extérieur, échos de ce monde sans âme.

L’écrivain Louis-René des Forêts écrivait : « La surabondance n’a rien à voir avec la fertilité. »

Nos esprits perdent leur fécondité à trop se laisser remplir par le vide des tapages extérieurs…

IMG_9633

Alors, bien sûr, quand on essaye de penser et de pratiquer l’introspection, c’est-à-dire de réfléchir par soi-même, au calme, au silence, dans de la continuité, on ne sait pas ou on ne sait plus. Pire : comme on en a perdu (ou jamais acquis) l’habitude, surviennent alors des angoisses, de l’ennui, ou des ruminations qui tournent en rond. 

Alors vite, vite, nous opérons un retour vers l’extérieur de nous-mêmes, retour à ce tumulte et ce remplissage rassurants. Nous souffrons ainsi d’un déficit généralisé d’intériorité.

Car il manque dans notre société tout ce qui permet l’introspection. Nous sommes carencés. »

Extrait de "Méditer, jour après jour" de Christophe André

 

L’attitude intérieure qui vous permet d’éviter l’état de conflit

Mis en avant

Avant qu’un conflit soit déclaré, vous avez des moyens pour le désamorcer

Les personnalités qui arrivent le mieux à gérer les situations interpersonnelles difficiles possèdent quelques pré-requis (si vous pensez que ce ne sont pas vos points forts… y être attentif déclenchera un état interne différent, ce qui à de grandes chances de modifier concrètement vos comportements, petit à petit) :

  • un état d’esprit positif, optimiste, croire qu’il existe toujours des solutions, 
  • un désir de bienveillance, aimer que les choses se passent du mieux possible pour chacun,
  • une volonté d’efforts pour orienter, entraîner, influencer de manière constructive l’autre, la situation. Pourquoi « efforts » ? parce qu’il n’y a rien de facile dans ses actions pour la paix, puisque vous allez à contre courant de l’autre (ou de vous-même),
  • une capacité d’écoute et de patience.

IMG_7050

Bien des conflits viennent d’une accumulation de petites choses qui vous déplaisent, vous irritent, vous agacent… et que vous laissez en vous. Oui, vous vous chargez au fur et à mesure du temps de ces ressentis (et ressentiments) qui finissent par se manifester par des actes agressifs… et voilà le conflit déclaré…

Eckhart Toll nous parle d’un « état de guerre intérieur » qui s’installe insidieusement dans notre mode de pensée. L’exercice suivant qu’il nous propose est remarquable de simplicité et d’efficacité, si vous l’appliquez avec vigilance.

« Chaque fois que vous le pouvez, « regardez » en vous pour voir si vous êtes en train de créer inconsciemment un conflit entre l’intérieur et l’extérieur, entre votre condition extérieure à cet instant – où vous êtes, avec qui vous êtes ou ce que vous faites – et vos pensées et sentiments.

IMG_7528

Sentez-vous à quel point il est pénible de s’opposer intérieurement

à ce qui est ?

En le reconnaissant,

vous vous voyez maintenant libre de laisser tomber ce conflit futile,

cet état de guerre intérieur. »

L’art du calme intérieur – Eckhart Tolle

Pour une application pratique dans votre entreprise, Vivez Travaillez Plus Heureux vous propose l’atelier « Clarté et Actions sur les situations conflictuelles » 

Extrait du programme :

  • Vous croyez qu’être en conflit vous défoule, vous donne du pouvoir et vous libère ?… Explications sur les faux bienfaits des conflits déclarés
  • Vous subissez, vous ne savez pas comment vous sortir d’une situation conflictuelle dans laquelle vous n’arrêtez pas d’y laisser des plumes ? Explications sur les capacités qu’il faut actionner en vous
  • Ce qui vient mettre de l’huile sur le feu
  • Ce qui vous projette dans l’escalade à l’agressivité
  • Les pré-requis intérieurs pour arriver à ne pas se laisser entraîner au conflit et/ou apaiser une situation difficile
  • Le pire poison dans les relations
  • Connaître le langage non verbal qui donne des messages d’apaisement, de reconnaissance, ou d’autorité positive à votre interlocuteur
  • Ce que votre inconscient fait et que vous ne savez pas…
  • Ce qui va vous permettre de tenir la distance

Pour plus de renseignements, contactez-moi via le formulaire, merci.

 

Que faire face à l’égocentrisme

Mis en avant

L’égocentrisme, qui nous touche tous à différents degrés, nous empêche d’éprouver envers les autres de l’amour et de la compassion.

Or, pour être vraiment heureux, il faut avoir l’esprit pacifié, et la paix de l’esprit ne s’installe en soi que par le biais de l’amour altruiste.

IMG_7127-Wallpapers

Bien sûr, pour cultiver la compassion il ne suffit pas de croire à ses bienfaits ni de s’extasier sur la beauté de ce sentiment. Il faut faire des efforts et profiter de toutes les circonstances quotidiennes pour modifier nos pensées et notre comportement.

Extrait résumé et adapté de Les Voies spirituelles du bonheur, Presses du Châtelet, Paris, 2002; Points Sagesse, Seuil, 2004.