Quels sont les freins à la prise de conscience de nos motivations ?

Mis en avant

Nos  motivations régissent nos actes quotidiens, et nous pouvons les déployer, les orienter pour nous mobiliser et gagner en bien-être. 

Photo de blickpixel – pixabay

Pour maintenir notre persévérance dans l’effort, nous avons besoin :

  • de bien connaître nos motivations profondes,
  • ainsi que d’avoir la perception de l’effort investi dans une action, une tâche,
  • l’utilité d’atteindre notre objectif,
  • la conscience qu’il faut franchir des étapes intermédiaires,
  • et la valeur du but poursuivi à nos yeux.

Lorsque nous découvrons nos motivations, nous subissons alors moins les changements d’humeur, le stress négatif et les émotions perturbatrices ou déstabilisantes. Nous faisons mieux face à l’adversité.

Notre moteur interne opère sans cesse des réajustements pour écarter ce qui se met en travers de notre chemin, et se focalise sur l’objectif à atteindre.

C’est pour cela qu’il est primordial d’avoir toute la clarté possible sur nos motivations, car elles sont un levier pour avancer contre vents et marrées.

Quels sont donc les freins à la prise de conscience de nos motivations ?

La peur irrationnelle de nous confronter aux motivations qui nous font agir dans la vie

La peur de notre regard sur nous-mêmes

La pression sociale : la plupart des gens n’ont pas cette démarche, alors pourquoi l’engager ?

Le poids de nos habitudes et de nos conditionnements socio-éducatifs

Une faible estime personnelle, consciente ou inconsciente

Le sentiment de supériorité

La fuite et l’évitement

Le repli sur soi et l’inaction

L’angoisse et le stress négatif

Nous pouvons regarder de près ces différents points de façon à libérer l’accès à nos motivations.

Photo de croisy – pixabay

Le travail de découverte de ce qui nous motive est à la fois bénéfique et utile ; il permet de vivre plus de satisfactions grâce au fait que nous aurons manifesté, réalisé plus précisément notre potentiel. Nous sommes à même de nous diriger, de faire des choix, et d’exprimer autre chose de nous, quand nous sommes conscients de ce qui nous anime.

Comment escaladez-vous votre vie ?

Mis en avant

Lorsque vous escaladez une montagne, vous pouvez apprécier l’ensemble de la marche, les paysages, l’effort fourni, le plaisir de se sentir plein de vitalité.

Déjà, avant d’atteindre le sommet, vous profiter de mille et une choses, vous savourez chaque moment passé à gravir pas à pas cette montagne. Et même si la chaleur ou la soif vous arrête, si vous devez gérer une ampoule au pied, si un moustique vous a piqué, vous continuez d’avancer.

De même, la vie nous donne à vivre une continuité d’actions, de périodes, avant d’atteindre l’objectif que l’on s’est fixé. Et on ne trouve pas toujours épanouissantes les tâches que nous avons à accomplir !

Nous sommes impatients d’arriver, de réaliser, et c’est ainsi que nous nous privons de vivre pleinement l’instant présent, et surtout de savoir donner de l’importance à ce que l’on est entrain de faire. D’autant plus si on n’a pas d’objectif !  :(

Pourtant, dans un cas comme dans l’autre, chaque chose vécue a son utilité, et de toutes façons les étapes à franchir ne se pulvérisent pas… il faut les passer en acceptant qu’on ne peut pas toujours en accélérer le rythme.

Nous manions alors à la fois notre esprit de contentement, notre soif d’avancement, notre énergie à faire bouger les situations, notre patience, notre lucidité, nos côtés raisonnables et fougueux, bref, équilibrer tout ça n’est pas simple !

Si nous savourons chaque instant, même ceux qui ne nous semblent pas agréables, le temps sera vécu autrement, donc ressenti plus “actif”, plus utile.

Prendre conscience que même dans les moments où nous pataugeons dans la semoule, c’est une étape qui a sa valeur, qui a du sens.

Notre regard se porte alors sur l’importance que nous donnons aux choses, et que celles-ci sont un maillon pour arriver là où nous voulons.

Quel que soit votre projet, essayez dès à présent de tirer satisfaction de ce que vous êtes entrain de faire. Vous ressentirez tout le plaisir de la marche qui mène à votre but.

Et vous savez quoi ? Même sans objectif, vous marchez, vous avancez, vous franchissez des étapes… !

Dites-vous que ce que vous vivez vous fait travailler des aspects de votre personnalité,  et que vous aurez prochainement la surprise du sommet de la montagne.

 

Et vous, comment escaladez-vous votre vie ? Arrivez-vous à vous satisfaire de vos enjambées ? A ressentir chaque situation comme un levier ? Que trouvez-vous de particulièrement difficile ou facile dans le franchissement de vos étapes ?