Récupérer de nos journées marathon

Mis en avant

Se préparer, amener les enfants à l’école, travailler, faire les courses, s’occuper du linge, vérifier les devoirs, faire le dîner…

Nos journées ressemblent parfois à une accumulation de tâches à exécuter absolument, jusqu’à l’épuisement.

Prenez une journée syndicale, faites le minimum : déléguez, optez pour des surgelés… et surtout prenez le temps de faire une chose agréable pour vous.

Puis, une fois détendu(e), ne faites rien pendant 5 minutes ! 

IMG_7531

Asseyez-vous, fermez les yeux, respirez, dites intérieurement quelques mots qui vont vous apporter des sentiments apaisants, vivifiants, 

ou imaginez-vous de nouveau dans les paysages des vacances que vous avez tant appréciées,

ou bien encore contemplez la nature, les arbres, les fleurs, la lumière, écoutez le vent, les oiseaux, soyez attentifs à la Vie.

Après cette journée ressourçante, vous pourrez établir le bilan de ce que vous avez gagné et perdu… et revoir vos priorités.

 

Notre première Sortie Détente :-)

Mis en avant

Pas une goutte de pluie pour notre sortie !   :-D 

IMG_7268

Je partage avec vous un petit texte que j’ai proposé pour vivre un moment méditatif :

Regardez un arbre, une fleur, une plante.
Laissez votre conscience s’y reposer.
Sentez la paix de cet être, profondément enraciné dans l’Etre.
Laissez la nature vous enseigner la paix de l’âme.
Si, en regardant un arbre, vous percevez le calme, vous devenez calme à votre tour.
Vous voilà en relation sur un plan très profond.
Vous ressentez l’unité avec tout ce que vous percevez dans et par ce calme.
Se sentir uni à tout, c’est aimer.


Prochaine sortie le 7 mai 2016

 

Comment faire face aux journées qui nous plombent ?

Mis en avant

Que vous viviez une journée au travail ou à la maison, il y a des jours où tout va de travers, où l’air semble chargé d’un brouillard épais qui nous empêche d’avancer rapidement, comme on le voudrait.

Généralement, ces journées sont flairées dès le début ! On a une embûche, puis deux, un autre obstacle, ça coince de partout, les appels, les contacts, sur la route,… les grains de sable ne cessent de se rajouter à la liste… bref, on sent qu’on va avoir du fil à retordre pour trouver une énergie fluide !

Alors, selon moi, il faut aller la chercher cette énergie ! Mais comment ?

Plume-au-vent

Lorsque tout autour de vous ne vous renvoie qu’à de mauvaises sensations, ou lorsque votre esprit ne cesse de voir tout ce qui va mal :

Prenez la décision d’alléger votre esprit.

Cette décision intérieure est importante : elle fait office de lâcher prise, d’une volonté de rediriger votre mental vers d’autres objectifs.

Dites stop quand vous le voulez. Ne tergiversez pas sur des explications : faites.

Stoppez.

Ayez la volonté de dire : là, en ce moment précis, c’est moi qui reprends les rênes, je décide d’entraîner mon mental vers l’apaisement, vers ma propre dynamique, vers ce qui fonctionne, vers ce qui m’apporte de la satisfaction, du bien-être. Oui je gère les difficultés, j’y suis présente, j’agis du mieux que je peux, mais le négatif auquel je fais face ne m’entraîne pas sur sa voie.

Voilà. Je vais chercher cet espace d’apaisement. De tranquillité. D’efficacité. Là où je vais pouvoir m’octroyer de bons ressentis, de belles émotions.

Cet instant me permet de me connecter de nouveau sur ce que j’étais entrain de faire, de me concentrer sur ma tâche en m’y plongeant totalement. Ou bien de pouvoir profiter d’un moment d’évasion si je suis en balade ou avec des amis.

Vous êtes en réunion… ça continue de cafouiller… Portez aussi votre attention sur ce qui s’est bien déroulé ! Ou percevez ce moment difficile comme une opportunité de clarifier certaines choses.

Imaginez un vaste espace de verdure, ensoleillé, vous pouvez voir l’herbe d’un vert opalin, des arbres, quelques endroits fleuris, et un chemin se dessine devant vous. Un chemin de terre. Vous avancez et votre regard se porte sur une flaque de boue prenant toute la largeur du chemin. Allez-vous rester fixé sur cette boue qui vous empêche d’avancer ? N’allez-vous voir que cela ? Allez-vous attendre que le soleil soit suffisamment présent pour sécher ce chemin ? Vous le pouvez. Mais dans tout ces cas, vous vous bloquez tout seul.

N’y a-t-il pas toujours le soleil ? les arbres ? les fleurs ? Allez-vous vous priver de l’harmonie du paysage à cause de cette boue ?

La clé est de faire l’effort de porter son regard sur ce que vous voulez ressentir, sur ce que vous voulez développer. Rien ne vous en empêche.

Quand cet effort aura été fait de nombreuses fois, votre mental sera de plus en  plus souple et rapide pour se connecter. Vous reviendrez en temps à certains de vos tracas pour les gérer ;-) mais vos batteries rechargées.

Dites-moi… peut-être avez-vous d’autres astuces pour vous recentrer ?…

Comment vous y prenez-vous ?