Persévérance

Mis en avant

 

Horizon

Même si parfois notre objectif devient moins clair, notre volonté de l’atteindre moins tenace,

nous pouvons nous concentrer sur l’instant présent pour y mettre toute notre énergie.

Après quelques temps, l’enthousiasme et la vision reviendront alors.

 

Ce qui est bon pour l’autre

Mis en avant

« On ne peut pas changer les gens.

On peut juste leur montrer un chemin puis leur donner envie de l’emprunter. »

  Auteur inconnu

Escalier Alcazar Séville

Qu’est-ce qui est « bon » pour l’autre ? On peut avoir une idée, parfois vague, parfois très précise, mais en fin de compte, on ne le sait pas « vraiment ».

On peut parfois penser comprendre des choses sur la vie ou le comportement de l’autre et se dire qu’il ferait mieux de faire ainsi… mais… l’autre n’entend pas forcément, et décide tout autrement. Pourquoi ? Parce que nous avons nos propres expériences que nous devons vivre pour avancer personnellement, et que sans elles, nous ne forgerions pas notre conscience.

Alors même si l’autre semble « s’entêter » dans une direction qui, pour nous, n’aurait certainement pas été celle-là, laissons-le expérimenter ses choix.

Et finalement, ce qui aura été bon pour l’autre est qu’il continue dans la voie qu’il s’était tracée. Voie que l’on a pu juger comme « négative », mais qui aura été un enseignement.

Conseillons avec bienveillance, suggérons, mais n’exigeons pas, n’engageons pas une volonté dirigiste sur l’autre,

Laissons l’autre libre de son expérience,

Et ayons confiance en ses capacités à comprendre ce qu’il doit comprendre.

 

Servez-vous de votre volonté imaginative

Mis en avant

« Il faut que la volonté imagine trop pour réaliser assez »

Gaston Bachelard

Allée

Certains disent : « Moi, tout ce que je demande, c’est… » et le résultat escompté se montre souvent maigre. Étroit. On entend rarement « Moi, tout ce que je demande, c’est d’être en parfaite santé, d’avoir un travail qui me rapporte beaucoup d’argent, et de rencontrer le grand Amour ».

Il y en a qui pensent « minimum » et ceux-là ont-ils vraiment, avant même d’avoir suffisamment ? Il n’est pas question de vouloir trop, ce qui reviendrait à accumuler des désirs tellement variés qu’ils engendreraient inévitablement de la frustration. La diversité excessive entraîne la noyade de l’exactitude, les cibles sont nombreuses et votre dépense d’énergie s’éparpille, s’épuise.

Votre volonté ciblée, doit s’allier à votre imagination pour l’autoriser à s’élargir, s’épanouir, se fortifier dans la pensée. Tout démarre de votre monde intérieur, la source où tout commence avant d’être matérialisé.

Pensez, réfléchissez, imaginez… en direction d’un but.

Votre esprit fait le tri au fur et à mesure, car la quantité initiale d’idées se réduit pour ne garder que ce qui sera efficient. Une sorte d’évaporation s’effectue, les doutes et les remises en question vous font abandonner certaines voies, MAIS ce qui reste est en quantité suffisante et en qualité, puisque justifié, éprouvé, contre-expertisé par vos circuits intérieurs.

Dans ce processus, votre réalisation bénéficie de multiples inspirations et stratégies pour voir le jour. C’est peut-être dans ce cas que l’on dit d’une personne qu’elle n’est jamais à court d’idées, et que par conséquent, on croit fortement qu’elle réussira toujours à faire quelque chose.

Etes-vous de ceux qui veulent tout contrôler ?

Mis en avant

Les gens surmenés partagent souvent ce défaut :

la volonté d’avoir le contrôle sur tout et l’obsession du travail parfait.

A young cat looking at a goldfish in a goldfish bowl

Hélas, agir de la sorte ne vous apportera que fatigue et ressentiment de la part de vos collègues.

Pour une vie professionnelle plus sereine, acceptez de déléguer. Vos collègues ne feront jamais de progrès s’ils ne sont pas directement confrontés à la réalité du travail et vous ne risquez pas, non plus, de leur découvrir des qualités.

C’est un cercle vertueux !

Copyright © Photo-libre.fr

Volonté, nuances et lucidité

Mis en avant

Vouloir le meilleur pousse à se dépasser, à surmonter ses doutes et ses peurs.

Mais il faut savoir rester indulgent avec soi-même. Etre dans l’exigence de façon catégorique, neutralise nos aptitudes à la nuance, aux perceptions intuitives, et limite notre regard sur les possibilités et sources nouvelles qui s’offrent à nous. 

Admettre que tout ne dépend pas de nous et que nous ne pouvons pas toujours être au top. Agir tout en sachant que le lâcher prise peut être, à un moment donné, une issue qui nous permet d’agir de nouveau, avec d’autres moyens, ou dans une autre direction. De cette manière, nous réduisons la pénibilité de l’acharnement contre une situation bloquée, et mobilisons une énergie nouvelle, toujours active et attentive aux possibilités de changements

Nous ne pouvons pas toujours réaliser les choses telles qu’on se les était décrites au départ. Et se mettre la rate au court bouillon pour que tout se déroule à la perfection, prédit des luttes consommatrices d’énergie, et productives de stress ! 

Dans toute entreprise, envisager la réussite mais aussi l’échec et ses conséquences nous aidera à garder les pieds sur terre, et à trouver certainement plus vite comment rebondir devant les difficultés.

IMG_2750

 

Comment escaladez-vous votre vie ?

Mis en avant

Lorsque vous escaladez une montagne, vous pouvez apprécier l’ensemble de la marche, les paysages, l’effort fourni, le plaisir de se sentir plein de vitalité.

Déjà, avant d’atteindre le sommet, vous profiter de mille et une choses, vous savourez chaque moment passé à gravir pas à pas cette montagne. Et même si la chaleur ou la soif vous arrête, si vous devez gérer une ampoule au pied, si un moustique vous a piqué, vous continuez d’avancer.

De même, la vie nous donne à vivre une continuité d’actions, de périodes, avant d’atteindre l’objectif que l’on s’est fixé. Et on ne trouve pas toujours épanouissantes les tâches que nous avons à accomplir !

Nous sommes impatients d’arriver, de réaliser, et c’est ainsi que nous nous privons de vivre pleinement l’instant présent, et surtout de savoir donner de l’importance à ce que l’on est entrain de faire. D’autant plus si on n’a pas d’objectif !  :(

Pourtant, dans un cas comme dans l’autre, chaque chose vécue a son utilité, et de toutes façons les étapes à franchir ne se pulvérisent pas… il faut les passer en acceptant qu’on ne peut pas toujours en accélérer le rythme.

Nous manions alors à la fois notre esprit de contentement, notre soif d’avancement, notre énergie à faire bouger les situations, notre patience, notre lucidité, nos côtés raisonnables et fougueux, bref, équilibrer tout ça n’est pas simple !

Si nous savourons chaque instant, même ceux qui ne nous semblent pas agréables, le temps sera vécu autrement, donc ressenti plus « actif », plus utile.

Prendre conscience que même dans les moments où nous pataugeons dans la semoule, c’est une étape qui a sa valeur, qui a du sens.

Notre regard se porte alors sur l’importance que nous donnons aux choses, et que celles-ci sont un maillon pour arriver là où nous voulons.

Quel que soit votre projet, essayez dès à présent de tirer satisfaction de ce que vous êtes entrain de faire. Vous ressentirez tout le plaisir de la marche qui mène à votre but.

Et vous savez quoi ? Même sans objectif, vous marchez, vous avancez, vous franchissez des étapes… !

Dites-vous que ce que vous vivez vous fait travailler des aspects de votre personnalité,  et que vous aurez prochainement la surprise du sommet de la montagne.

Photo-libre-Rz_33

Et vous, comment escaladez-vous votre vie ? Arrivez-vous à vous satisfaire de vos enjambées ? A ressentir chaque situation comme un levier ? Que trouvez-vous de particulièrement difficile ou facile dans le franchissement de vos étapes ?

 

<a href= »http://www.photo-libre.fr »>Photos Libres</a>

Copyright © Photo-libre.fr