Est-ce que j’avance ?

Mis en avant

« Il est bon de suivre sa pente, pourvu que ce soit en montant »

André Gide

Oui il est satisfaisant de ressentir que l’on avance, que l’on progresse sur une situation ou un aspect de notre vie, mais il y a une vision intéressante à acquérir, je crois…

Cette vision, c’est de se dire que quoi qu’il arrive, nous progressons. Même lorsque nous sommes dans une situation qui nous bloque ou nous contraint à patienter… Car notre vie intérieure est toujours en “activité”.

Alors même si la pente est descendante, notre Conscience grimpe

D’ailleurs… ne grimpe-t-elle pas plus lors de l’effort ?  ;-) 

Photo sasint Pixabay 

Méditation et vie spirituelle

Mis en avant

La méditation est comme la vie spirituelle.

Elle est une voie douce, une voie d’eau calme, qui sait où elle va, qui y est menée irrésistiblement et cependant qui s’y rend silencieusement et sans effort.

La vie purifiée et simplifiée par la méditation est une voie qui coule comme l’eau.

La vie spirituelle coule de source.

C’est la spontanéité retrouvée. La danse de l’eau.

Méditer c’est s’abandonner à l’eau, c’est pour rendre toute la vie douce comme une voie d’eau que l’on médite.

C’est pour inonder toutes ces terres arides, c’est pour que le cœur soit humide d’amour et de tendresse.

Car c’est l’eau qui unit les terres craquées et assoiffées.

L’humidité c’est la bonté des choses. Et la méditation rend humides nos vies.

Il faut descendre au fond du puits pour répandre l’eau sur nos terres. Il faut être souvent au fond du puits pour reconnaître que toutes les terres trempent dans la même eau.

La méditation mène au fond du puits. Elle mène à la mer.

Plus que jamais nous avons besoin de retrouver les épures de notre être, le plan de notre vie, la raison de notre passage sur terre.

Plus que jamais nous avons besoin de reconnaître l’ensemble des humains comme une communion d’amitié, comme un lien d’échange et de partage mutuel. Plus que jamais il nous faut, comme le disait si bien le grand Saint-Exupéry, retrouver l’Homme universel derrière les individus.

Aujourd’hui on ne peut plus trouver la paix et voir clair sans méditer, sans être relié à la Source. Pas plus qu’on ne peut vivre désormais sur cette Terre sans une conscience de l’ensemble, sans dépasser les œillères de nos préjugés culturels et religieux.

Il faut descendre au fond de l’être pour trouver ce qui transcende tout.

Pour atteindre le puits.

Pour atteindre la Source.

Placide GABOURY

Photo Pixabay

 

Expression de force

Mis en avant

Le lâcher-prise est une expression de force, un choix conscient de se libérer de toute rancune, d’incidents passés, de blessures, de toute volonté de contrôle…

Lâcher-prise nous fait redresser la tête et aller de l’avant.

 

Votre évolution personnelle

Mis en avant

Votre évolution personnelle vient en vivant votre vie dans sa totalité ; payer votre loyer, prendre du bon temps, cultiver votre jardin, sont aussi importants que de méditer.

 

Vous êtes ici pour apprendre de chaque être, de chaque situation et de chaque défi.

Vous êtes ici pour apprendre à être pleinement présent et conscient de ce qui se passe autour de vous, ajoutant plus de clarté, d’harmonie et de lumière à tout ce que vous faites.

Méditation de l’arbre

Mis en avant

A travers cette méditation de l’arbre, Christophe André nous parle des notions de l’utile et de l’inutile.

Je vous recommande la lecture de son livre “3 minutes à méditer” aux Editions l’Iconoclaste. 

Vérifiez que vous êtes bien là, bien présent à vous-même…
Votre corps est ici, certes, mais prenez le temps 
de vérifier que votre esprit y est aussi…

Si vous avez un arbre sous les yeux, c’est parfait…
sinon pensez à un arbre que vous connaissez bien,
que vous aimez bien… ou imaginez n’importe quel arbre.

Contemplez-le tranquillement… voyez comme il ne fait rien,
cet arbre, rien du tout… voyez comme il semble inutile…
En réalité, évidemment, il fait beaucoup de choses : il pousse,
il grandit, il filtre l’air, il rejette de l’oxygène, il donne de l’ombre,
il embellit le paysage, il offre un abri aux oiseaux, aux insectes,
il ralentit les vents violents…

Et vous, à cet instant, vous êtes semblable à l’arbre : en train
de méditer, immobile et apparemment inutile… juste là,
à suivre votre respiration qui va et vient… à prendre le temps
de ressentir tout ce qui se passe dans votre corps…
à écouter le murmure du monde…

Et pourtant, tout comme l’arbre, sans rien faire de visible,
sans effort, sans intention directe, vous permettez
à tout un tas de choses importantes et passionnantes
de survenir : vous apportez un peu de calme à ce monde bruyant
et agité… vous vous faites du bien en donnant du répit
à votre esprit… vous cultivez votre sensibilité
et votre discernement…

Simplement parce que vous avez décidé de rester là, immobile,
attentif à votre souffle… à votre corps… aux bruits du monde…
laissant filer vos pensées… et ne cherchant rien, n’allant
nulle part… acceptant, pour un temps, de ne rien faire d’utile,
du moins en apparence…

 

S’attarder sur les échecs

Mis en avant

S’attarder sur les échecs est contre-productif
et ne sert qu’à provoquer de la rancœur.
Chercher à comprendre,
proposer des solutions même imparfaites,
donne un nouvel élan,
favorise la confiance :
ingrédient indispensable pour progresser ensemble.
 
Photo Pixabay

Etes-vous perfectionniste ou optimaliste ?…

Mis en avant

Le perfectionnisme, excessif, entraîne beaucoup de déceptions et de souffrances.

C’est une pression abusive que l’on s’inflige au nom des exigences de la société, du système scolaire et parfois simplement pour obéir à son orgueil.

C’est un carcan qui nous rend défensifs et nous prive des suggestions d’autrui.

Car bien que le perfectionniste avoue avec sincérité son désir d’apprendre auprès des autres, il ne sait pas en accepter le prix, c’est-à-dire avouer ses lacunes et ses erreurs. Il cherche malgré lui à montrer qu’il a raison.

Mais il existe un pendant “positif, adaptatif et sain” au perfectionnisme, que Ben-Shahar a baptisé l’optimalisme.

C’est la capacité à changer le dialogue avec soi-même.

L’optimaliste est plus réaliste.

Il accepte l’idée de devoir faire des choix et des compromis. Plutôt que d’édicter ce qui est digne de lui, il se demande qu’elle est, pour lui, la meilleure vie possible. Il accepte ce que l’existence lui offre et il en tire le meilleur parti. Il définit ce “qui lui ira” plutôt que ce “qu’il doit…”.

Photo pixabay

Voici ce que sait faire l’optimaliste :

  • Apprécier les demi-succès et les échecs sans gravité,
  • Changer de point de vue sans se sentir remis en cause,
  • Savourer ses victoires,
  • Analyser ses actions pour progresser,
  • Faire de son mieux,
  • Utiliser ses échecs comme information,
  • Profiter du chemin qui mène au succès et en éprouver de la fierté,
  • Considérer que les échecs font partie de la vie et en tirer des leçons,
  • Solliciter les suggestions des autres et les mettre à profit.

Tout cela mis bout à bout permet à l’optimaliste d’éprouver de la reconnaissance pour ses actions. Mais aussi, et surtout, d’accueillir ce que la vie lui offre et d’en tirer le meilleur parti sans courir sans cesse à côté de lui-même.

Extrait de "3 kifs par jour" de Florence Servan-Schreiber

Quel mauvais caractère… :-(

Mis en avant

Avoir du caractère, sans que ce soit le « mauvais »…

Ne soyons pas casse-panards pour les autres ! Soyons affirmés mais en restant souples, déterminés mais toujours à l’écoute.

Ça me fait penser à ce que disait Winston Churchill : « Le courage, c’est ce qu’il faut pour se lever et parler ; le courage est aussi ce qu’il faut pour s’asseoir et écouter. »

L’équilibre de nos tendances est un facteur important pour  notre épanouissement, et facilite une communication efficace et harmonieuse avec les autres.

 Photo Pixabay