Méditation et vie spirituelle

Mis en avant

La méditation est comme la vie spirituelle.

Elle est une voie douce, une voie d’eau calme, qui sait où elle va, qui y est menée irrésistiblement et cependant qui s’y rend silencieusement et sans effort.

La vie purifiée et simplifiée par la méditation est une voie qui coule comme l’eau.

La vie spirituelle coule de source.

C’est la spontanéité retrouvée. La danse de l’eau.

Méditer c’est s’abandonner à l’eau, c’est pour rendre toute la vie douce comme une voie d’eau que l’on médite.

C’est pour inonder toutes ces terres arides, c’est pour que le cœur soit humide d’amour et de tendresse.

Car c’est l’eau qui unit les terres craquées et assoiffées.

L’humidité c’est la bonté des choses. Et la méditation rend humides nos vies.

Il faut descendre au fond du puits pour répandre l’eau sur nos terres. Il faut être souvent au fond du puits pour reconnaître que toutes les terres trempent dans la même eau.

La méditation mène au fond du puits. Elle mène à la mer.

Plus que jamais nous avons besoin de retrouver les épures de notre être, le plan de notre vie, la raison de notre passage sur terre.

Plus que jamais nous avons besoin de reconnaître l’ensemble des humains comme une communion d’amitié, comme un lien d’échange et de partage mutuel. Plus que jamais il nous faut, comme le disait si bien le grand Saint-Exupéry, retrouver l’Homme universel derrière les individus.

Aujourd’hui on ne peut plus trouver la paix et voir clair sans méditer, sans être relié à la Source. Pas plus qu’on ne peut vivre désormais sur cette Terre sans une conscience de l’ensemble, sans dépasser les œillères de nos préjugés culturels et religieux.

Il faut descendre au fond de l’être pour trouver ce qui transcende tout.

Pour atteindre le puits.

Pour atteindre la Source.

Placide GABOURY

Photo Pixabay

 

Marcher en Pleine Conscience

Mis en avant

Développer sa sérénité en marchant…

1 – Choisissez un lieu agréable : sentier en forêt, petite route de campagne, parc au cœur de la ville. Calculez la distance idéale que vous pouvez parcourir compte tenu de votre condition physique. Allez-y doucement. Ce n’est pas une marche forcée, mais un moment méditatif. Adoptez un rythme lent et régulier. Prêtez attention à chaque pas. Soyez conscient du sol sous vos pieds.

2 – Chassez vos pensées, vos préoccupations et vos inquiétudes. Respirez profondément avec toute votre attention. Remarquez le balancement de votre corps, de vos bras, les mouvements harmonieux de vos muscles qui vous poussent en avant.

3 – Sentez la chaleur du soleil sur vos épaules, la brise dans vos cheveux. A chacun de vos pas vous êtes plus calme, en paix, concentré. Observez la flore, la faune, les rochers et autres détails de la nature. N’analysez rien, ne portez pas de jugement. Regardez, c’est tout.

4 – Admirez les oiseaux, les insectes, et autre témoins de la vie sauvage. Remarquez le soleil qui filtre à travers le feuillage des arbres, l’herbe qui ondule dans le vent, les ombres qui s’allongent sur le sol.

5 – Appréciez en toute liberté la beauté de la nature, tout ce que vous voyez, entendez et respirez autour de vous.

6 – Votre cœur se dilate pour mieux s’ouvrir au lien aimant qui vous unit à Mère nature et à toutes les créatures qui partagent cette planète avec vous.

7 – Voyez cet amour déborder de votre cœur pour se répandre partout au pays et dans le monde. Poursuivez votre marche aussi longtemps qu’il vous plaira.

Photo Pixabay

De vrais avantages

Mis en avant

La pensée du jour…

“Pèse les vrais avantages pour le cœur du ressentiment et du pardon, puis choisis” Bouddha.

 

Cette citation nous incite à faire un choix, et même s’il est évident en la lisant que les avantages sont du côté du pardon… on se dit tout de suite après : oui mais ce n’est pas facile !  :-(
Donc moins évident à faire qu’à comprendre.
C’est là tout le “travail” du cœur, de l’élévation de notre conscience, entre ce que capte l’intellect et ce que nous sommes capables d’ETRE, il faut une véritable volonté de bienveillance.
Vous avez une idée des avantages du pardon ? :-)