Méditation et vie spirituelle

Mis en avant

La méditation est comme la vie spirituelle.

Elle est une voie douce, une voie d’eau calme, qui sait où elle va, qui y est menée irrésistiblement et cependant qui s’y rend silencieusement et sans effort.

La vie purifiée et simplifiée par la méditation est une voie qui coule comme l’eau.

La vie spirituelle coule de source.

C’est la spontanéité retrouvée. La danse de l’eau.

Méditer c’est s’abandonner à l’eau, c’est pour rendre toute la vie douce comme une voie d’eau que l’on médite.

C’est pour inonder toutes ces terres arides, c’est pour que le cœur soit humide d’amour et de tendresse.

Car c’est l’eau qui unit les terres craquées et assoiffées.

L’humidité c’est la bonté des choses. Et la méditation rend humides nos vies.

Il faut descendre au fond du puits pour répandre l’eau sur nos terres. Il faut être souvent au fond du puits pour reconnaître que toutes les terres trempent dans la même eau.

La méditation mène au fond du puits. Elle mène à la mer.

Plus que jamais nous avons besoin de retrouver les épures de notre être, le plan de notre vie, la raison de notre passage sur terre.

Plus que jamais nous avons besoin de reconnaître l’ensemble des humains comme une communion d’amitié, comme un lien d’échange et de partage mutuel. Plus que jamais il nous faut, comme le disait si bien le grand Saint-Exupéry, retrouver l’Homme universel derrière les individus.

Aujourd’hui on ne peut plus trouver la paix et voir clair sans méditer, sans être relié à la Source. Pas plus qu’on ne peut vivre désormais sur cette Terre sans une conscience de l’ensemble, sans dépasser les œillères de nos préjugés culturels et religieux.

Il faut descendre au fond de l’être pour trouver ce qui transcende tout.

Pour atteindre le puits.

Pour atteindre la Source.

Placide GABOURY

Photo Pixabay

 

Savoir-être – Savoir vivre – Savoir aimer

Mis en avant

Magnifique texte qui mérite d’être lu régulièrement…

“Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Alors, j’ai pu me relaxer.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle : L’ESTIME DE SOI.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal quand je vais contre mes propres convictions.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle : L’AUTHENTICITÉ.

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle : LA MATURITÉ.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à voir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle : LE RESPECT.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire. Personnes, situations, ou tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle : L’AMOUR DE SOI.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les méga-projets du futur. Maintenant, je fais ce que j’aime, quand ça me plait et à mon rythme.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle : LA SIMPLICITÉ.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison, et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.

Aujourd’hui, j’ai découvert : L’HUMILITÉ.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Maintenant, je vis au Présent, là où Toute la Vie se passe.

Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois et ça s’appelle : LA PLÉNITUDE.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir. Et si je la mets au service de mon Cœur, elle devient une alliée très précieuse.

Tout ceci s’appelle SAVOIR ÊTRE – SAVOIR VIVRE – SAVOIR AIMER.”

CHARLIE CHAPLIN

Photo pixabay

Victoire et défaite

Mis en avant

“La victoire engendre la haine, la défaite engendre la souffrance.

L’homme sage ne recherche ni la victoire, ni la défaite.”

Bouddha

 

Lorsque vous êtes dans le schéma de VOULOIR gagner, vous investissez une énergie de lutte, une intention bien souvent de dominer, et c’est cette domination qui est ressentie par celui qui, comme vous, veut aussi gagner. Il est donc déçu et souffre s’il perd ; il se sent inférieur, vaincu, écrasé.

Lorsque vous ne cherchez ni la victoire, ni la défaite (de l’autre ;-) évidemment), c’est que vous AGISSEZ en fonction d’un axe BIENVEILLANT, CONSTRUCTIF, sur le plan individuel et collectif. Votre action n’est plus reliée à un positionnement de votre ego, mais à la satisfaction d’avoir fait quelque chose qui a permis à tous d’avancer.

Peu importe si une mission se trouve réalisée par quelqu’un d’autre que vous… voyez plutôt la progression commune. Chacun à son niveau, apporte sa contribution.

Photo pixabay